Notre ADN ne scelle pas notre destinée. Avec la liberté vient la responsabilité!

Nous héritons des gènes de nos parents. La couleur des yeux comme ceux de Papa, les fossettes comme chez Maman: ces traits génétiques sont prédéterminés. Ils nous sont transmis par nos parents dès la conception.

Nous n’avons aucun contrôle sur nos gènes, mais le rôle des gènes a ses limites.

En nous éduquant, nos parents nous transmettent bien plus que des gènes: ils nous transmettent aussi entre autres, leurs valeurs morales, leurs standards de vie, et leurs recettes de cuisine.

L’épigénétique – un mot qui devient maintenant à la mode – définit l’étude des changements dans l’expression des gènes (pas le changement des gènes eux-mêmes) pouvant résulter des changements alimentaires, d’une infection, ou encore d’un traumatisme physique ou émotionnel. Ces facteurs exogènes induisent une méthylation de nos gènes, affectant leur fonctionnement, sans pour autant modifier le séquençage de nos gènes.

“L’épigénétique est vraiment un entonnoir par lequel l’environnement extérieur interagit avec le génome», explique Patrick O. McGowan, Ph.D., professeur adjoint au département de sciences biologiques à l’Université de Toronto au Canada. “Ceci, à son tour, influence la façon dont les cellules fonctionnent (ou ne fonctionnent pas). Déjà, la recherche montre que les changements épigénétiques sont impliqués dans de nombreuses maladies, dont le cancer, l’asthme et les maladies cardiaques.”

L’épigénétique aussi à ses limites: nous n’allons pas changer la couleur de nos yeux avec un régime alimentaire.  Mais nous pouvons faire taire, ou favoriser l’expression de gènes liés au vieillissement, et à la maladie.

Mirko Beljanski est souvent considéré comme le pionnier de la médecine environnementale, pour avoir montré comment les toxines environnementales pouvaient déstabiliser, cumulativement et progressivement notre ADN, autrement dit, favoriser l’expression de gènes liés à la maladie.

Et là, nous devenons responsables de nos choix quotidiens, et de leur impact sur notre vie. Une personne a récemment écrit à Natural Source pour demander à ne plus recevoir d’information sur les produits Targetage et French Secret, au motif que souffrant d’un cancer, elle ne pouvait s’intéresser à des “choses futiles”.  Ma réponse est qu’il n’y a rien de futile à prendre soin de soi au quotidien, et à veiller à ne pas se tartiner jour après jour la peau avec des produits saturés en parabènes ou en phtalates. Les parabènes et les phataltes sont connus pour activer l’expression des gènes liés au cancer. Il n’y a rien de futile non plus à prendre régulièrement des compléments alimentaires qui favorisent une détoxification de l’organisme. Mirko Beljanski lui-même avait publié sur l’effet des métaux dans le développement des cancers. Il n’y a rien de futile enfin à prendre des vitamines, minéraux, enzymes et probiotiques en capsule, puisque malheureusement la terre, épuisée, ne nous donne plus suffisamment ce dont nous avons besoin. De nombreuses études scientifiques montrent le benefice anti-cancer de plusieurs de ces substances.

Certes, Mirko Beljanski a aussi montré comment certaines substances pouvaient avoir un impact positif sur l’expression de nos gènes, bloquer la duplication de l’ADN déstabilisé; il a fait la découverte de plusieurs substances fondamentales dans la lutte contre le cancer. Mais ne retenir que cela, c’est en fait avoir une vision réductrice de son oeuvre scientifique.

Alors, je dis à cette personne: prenez-votre santé en main, au quotidien. Il n’y a rien de futile à cela.