obama state of unionA l’occasion de  son récent discours sur « The State of Union » présentant son budget 2016, le président Obama a annoncé un investissement de 215 millions de dollars pour une « Initiative en médecine de précision » (ou médecine personnalisée).

Selon le communiqué de presse de la Maison Blanche : « Lancée grâce à un investissement 215 millions de dollars, l’initiative en médecine de précision inaugurera un nouveau modèle de recherche promettant d’accélérer les découvertes biomédicales et fournir aux cliniciens les nouveaux outils, connaissances et thérapies pour sélectionner les traitements les mieux adaptés pour chaque patients. »(1) 

En d’autres termes, il s’agit d’une subvention pour aider les sociétés pharmaceutiques à développer une nouvelle génération de médicaments et pour pallier aux limites des médicaments vendus à l’heure actuelle. Un transfert de l’argent public au profit de sociétés privées considérés “trop grandes pour échouer”, et tout cela au nom de la science. Quelque chose ressemblant  en somme au célèbre appel à la «guerre contre le  cancer » du président Nixon en 1970, guerre que nous n’avons toujours pas gagnée. (Implicitement l’administration actuelle reconnaît l’échec de la «guerre contre le Cancer » en proposant comme premier objectif de l’initiative en médecine de précision « de meilleurs traitements du cancer »)(1).

Avec un budget de 130 millions de dollars, ce projet comprendra la création d’une grande base de données de personnes autorisant ainsi leur profilage génétique (quiconque a étudié la criminologie sait à quel point cela peut être dangereux, et comment ,dans le passé, une approche moins sophistiquée de cette même vision scientifique a conduit à l’eugénisme social) et 70 millions de dollars seront attribués à  « l’intensification des efforts pour identifier les facteurs génétiques du cancer et l’application de ces connaissances dans le développement d’approches plus efficaces dans le traitement du celui-ci».

Cet effort aidera probablement les sociétés pharmaceutiques à développer de nouvelles techniques brevetables pour ceux souffrant de maladies génétiques. Un bon exemple est le récent vote par les législateurs britanniques qui autorisent les scientifiques en matière de procréation assistée pour concevoir des bébés à partir de l’ADN de trois personnes – un moyen qui pourrait empêcher certains enfants d’hériter de leur mère des mitochondries potentiellement défectueuses (les défauts dans les mitochondries peuvent entraîner des maladies telles que  la dystrophie musculaire, l’insuffisance cardiaque, rénale ou hépatique et les faiblesses musculaires sévères) (2).

Mais encore une fois, cela ne prend pas en compte le fait que la plupart de nos gènes ne doivent pas être considérés comme une malédiction : ils peuvent être activés ou réduits au silence par le simple effet de l’environnement. C’est exactement ce que Mirko Beljanski avait brillamment démontré avec son Oncotest dans les années 80, lorsque la cartographie du génome humain était déjà présentée comme la prochaine réponse à toutes les maladies. Nos choix quotidiens concernant notre environnement, notre alimentation, notre style de vie, notre utilisation de produits d’hygiène personnelle « propres », font une différence, et cette différence s’appelle la prévention. Mais ce n’est pas brevetable.

(1) http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2015/01/30/fact-sheet-president-obama-s-precision-medicine-initiative

 (2) http://www.huffingtonpost.com/2015/02/03/babies-dna-3-people_n_6604490.html