Le Wall Street Journal vient de publier un article sur une nouvelle étude scientifique portant sur les bénéfices réels que procure la combinaison de plusieurs traitements anticancer pour les patients.

Une nouvelle étude soulève un débat sur la question de savoir si l'efficacité des médicaments contre le cancer vaut les coûts engendrés

Une nouvelle étude soulève un débat sur la question de savoir si l’efficacité des médicaments contre le cancer vaut les coûts engendrés

“ Une nouvelle étude soulève un débat sur la question de savoir si l’efficacité des médicaments contre le cancer vaut les coûts engendrés, en particulier lorsque les fabricants de médicaments développent des traitements qui combinent de nombreux médicaments coûteux. L’étude, réalisée sur environ 4 800 femmes présentant un cancer du sein de type agressif, a révélé que combiner les 2 traitements du groupe pharmaceutique Roche : Perjeta® et Herceptin® n’offre qu’un très faible avantage en terme d’efficacité médicale par rapport à l’utilisation de chacun de ces traitements individuellement après que les patientes aient subi une intervention chirurgicale pour éliminer les tumeurs. Environ 94,1% des femmes recevant une combinaison des 2 traitements durant l’étude sont restés exempts de cancer du sein invasif trois ans après le début du traitement, contre 93,2% des femmes ayant reçu uniquement de l’Herceptin® – soit une différence inférieure à 1%. Il s’agit d’un faible bénéfice à un prix excessivement élevé : le coût des traitements combinés atteignant 158 000 $ par patient et par an, soit le double comparé au coût annuel d’un traitement avec Herceptin® seul (74 500 $ par patient). La combinaison Perjeta®/Herceptin® présente également un risque d’effets secondaires plus important (tel que des diarrhées sévères) que celui de l’Herceptin® seul.  […]”1

Je trouve intéressant que les médecins se plaignent que peu de tests soient effectués pour vérifier quels patients pourraient ou non tirer des bénéfices de cette combinaison, en particulier compte tenu du fait qu’un test développé par le Research Genetic Cancer Center (RGCC), un laboratoire de recherche génétique dont le siège est situé en Grèce, n’est pas un test rapide.2 RGCC a breveté une membrane capable de capturer des cellules malignes à partir d’un simple échantillon de sang. Puis les cellules malignes récupérées dans l’échantillon de sang sont comparées avec des agents anticancéreux connus afin de proposer le traitement le plus adapté. Terminé les suppositions et les faux-espoirs ! Initialement créé pour permettre aux oncologues de sélectionner le traitement de chimiothérapie qui sera le plus efficace contre chaque cancer spécifique, il permet également aux autres praticiens de déterminer la meilleure approche naturelle pour traiter le cancer. Au Japon, où ce test est régulièrement prescrit, il a permit de déterminer qu’un mélange spécifique d’extraits de Pao pereira, de Rauwolfia vomitoria et de Ginkgo biloba doré  pouvait induire l’apoptose (mort) des cellules cancéreuses pour de nombreux patients souffrant de différents types de cancer. Un médecin japonais a eu la gentillesse de partager ses données avec la Fondation Beljanski.

REFERENCES

1-https://www.wsj.com/articles/study-questions-value-of-costly-cancer-drug-combinations

2- https://www.rgcc-group.com/