Le cancer des ovaires provoque plus de décès que tout autre cancer du système de  reproduction féminin, et suscite un intérêt grandissant.

Mahatma Gandhi

Les préparations à base de Rauwolfia vomitoria et Rauwolfia serpentina, arbustes tropicaux de la famille des Apocynacées, ont été utilisées dans la médecine traditionnelle Africaine pour traiter une variété de symptômes et maladies, tels que fièvre, faiblesse générale, maladies gastro-intestinales, maladies du foie, psychose…

Le Rauwolfia serpentina a également été utilisé pendant des siècles en Inde pour traiter la démence, la fièvre et les morsures de serpent (1). En 1954, le New York Times rapportait que le Mahatma Gandhi l’utilisait comme tranquillisant (2).

Dans les années 50, la réserpine, utilisée pour contrôler la pression artérielle et soulager les symptômes psychotiques, était extraite de l’écorce de la racine de Rauwolfia vomitoria. Malheureusement, la réserpine serait aussi à l’origine d’hypotension, de bradycardie, d’aggravation de l’asthme et pourrait même conduire à la dépression. De nos jours, la réserpine est rarement utilisée dans le traitement de l’hypertension, et est considérée comme un agent de seconde intention pour les patients pour lesquels le diurétique n’apporte pas de solution et quand le coût du traitement est à prendre en compte (3).

Rauwolfia vomitoria

Rauwolfia vomitoria ©The Beljanski Foundation, Inc.

Dans les années 80, alors qu’il travaillait à l’Institut Pasteur à Paris, Mirko Beljanski a testé le Rauwolfia vomitoria avec son Oncotest. Il découvrit que, bien que la réserpine ait des effets toxiques, un extrait de Rauwolfia vomitoria dépourvu de réserpine (mais riche en alstonine) présentait des propriétés anticarcinogéniques intéressantes, sans effet nocif sur les cellules normales, et ne présentant pas les effets secondaires toxiques généralement associés à la réserpine.

Mirko Beljanski a, dès lors, publié sur le sujet (4), et en France beaucoup de personnes ont commencé à bénéficier avec succès de ses extraits (plusieurs témoignages sont disponibles sur le site de la Fondation Beljanski et de l’association CIRIS).

En 2006, une équipe de Columbia University, dirigée par le Dr Aaron Katz, a confirmé à la fois in vitro et in vivo les propriétés anti-cancéreuses de cet extrait spécifique de Rauwolfia sur les cellules cancéreuses de la prostate (5). Une étude a même été menée sur l’HBP (hyperplasie bénigne de la prostate), et les excellents résultats ont été rapportés dans la presse. (6)

Le Kansas University Medical Center (KUMC) s’est particulièrement intéressé à l’association de composés naturels tels que le Rauwolfia vomitoria avec les traitements de chimiothérapie standards afin de démontrer leurs effets synergétiques permettant ainsi d’utiliser à des doses plus faibles et moins nocives ces chimiothérapies toxiques.

En effet, même si la chimiothérapie actuelle peut améliorer le taux de survie de 5 ans, il n’a pas augmenté le taux global de guérison : 70 % des patients atteints du cancer de l’ovaire rechutent et développent une résistance aux traitements à base de platine et de taxane. De plus, les résistances des ascites aux chimiothérapies conventionnelles affectent 28% des patients. Ceci rend les stratégies de traitement efficaces et novatrices pour le cancer de l’ovaire particulièrement nécessaires.

cancer des ovaires

Après avoir confirmé la non toxicité de l’extrait de Rauwolfia vomitoria Beljanski (“Rau”) – échantillon fourni par Natural Source International, Ltd, les chercheurs de KUMC l’ont injecté à des souris en l’associant au Carboplatine, traitement classique de chimiothérapie (Cp). Confirmant les précédents résultats, cette étude, menée in vitro et in vivo, a montré que l’extrait de Rauwolfia vomitoria induit l’apoptose (mort cellulaire programmée) des seules cellules cancéreuses : « La combinaison du Rau avec le Cp améliore remarquablement l’effet de Cp et réduit la charge tumorale de 87% à 90% ainsi que le volume d’ascite de 89% à 97%. » Cette dernière étude en conclue que « le Rau a une activité anti-tumorale puissante et en combinaison améliore considérablement l’effet de Cp contre le cancer de l’ovaire. ” (7)

Références

1. Sen G, Bose KC. Rauwolfia serpentina:  a new Indian drug for insanity and high blood pressure. Indian Medical World.  1931;11:194-20
2.http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,857672,00.html, TIME Magazine, November 8, 1954
3. Moser M (1987). “”Cost containment” in the management of hypertension”. Ann. Intern. Med. 107 (1): 107–9.
4. M. BELJANSKI, S. CROCHET, “The selective anticancer agents PB-100 and BG-8 are active against human melanoma cells, but do not affect non malignant fibroblasts“. International Journal of Oncology 8:1143-1148, 1996.
5. “Anti-prostate cancer activity of B-carboline alkaloid enriched extract from Rauwolfia vomitoria” by D.L. Bemis, J.L. Capodice, P. Gorroochurn, A.E. Katz and R. Buttyan- International Journal of Oncology 29: 1065-1073, 2006
6. http://www.townsendletter.com/July2012/walker0712.html
7. “Antitumor Activities of Rauwolfia vomitoria Extract and Potentiation of Carboplatin Effects Against Ovarian Cancer” Jun Yu, PhD1,2, Yan Ma, PhD1,2, Jeanne Drisko, MD2, Qi Chen, PhD